La porte de Jade

La Porte de Jade

Synopsis

Rue Myrha, un chien ramène à ses maîtres, des Africains du quartier, le crâne d’un enfant. Ils en informent Le Bossu, à qui on le remet. Homme au passé trouble et anciennement lié à la Mafia, Le Bossu ne tarde pas à comprendre que c’est là un terrible message des mafieux chinois… Peu après, un autre pan du passé sombre du Bossu est convoqué : le crâne qu’on lui a remis est celui de sa fille morte des décennies auparavant ! Sa tombe au cimetière Montmartre a été violée. Alors commence une guerre de gangs sans merci pour contrôler un puissant réseau de trafic de drogue, tandis que se développe, en parallèle, une histoire d’amour impossible entre le commissaire Samarcande et Lo, une sublime chinoise, ancienne danseuse de l’Opéra de Shangaï…

Ce polar au style décalé a pour théâtre le 18ème arrondissement de Paris. Ce cadre apporte au roman une atmosphère haute en couleurs qui sied parfaitement à la faune de personnages aux destins extrêmes, gouailleurs et cosmopolites que l’on y rencontre

Reviews

Une bonne lecture efficace

Nouvel opus de la guerre des clans en mode asiatique entre le Bossu, patron du réseau de distribution de drogue et son associé, Oncle Tau dit Le Vieux plutôt pourvoyeur de toutes les substances illicites du quartier Barbès, ce dernier voulant s'affranchir du premier. Au centre une chinoise d'une grande beauté ; Bai Yun, dîte Lo, ancienne danseuse de Shangaï, tombée sous la protection du Vieux qui en a fait une danseuse dans un peep show "La Porte de Jade" en détenant son jeune fils. Ajoutez à cela une très grosse livraison de drogue dont chacun essaye de s'en saisir. Le tableau ne serait pas complet sans le flic amoureux au grand coeur mais sans état d'âme quand il s'agit de démanteler un réseau entier,; Boris Samarcande et son ami et collègue Salvador Montoya.

Tous les éléments sont donc réunis dans ce polar pour en faire une efficace course contre le temps, entre retournement d'alliance, réglement de comptes, violence et chantage. Un bon polar noir rythmé par des chapîtres courts, efficaces, des rebondissements et pour une fois, peut-être pas la fin la plus attendue.

Les personnages sont bien ficelés, facilement identifiables, les travers comme les qualités, le rythme dense et plaisant.

Une bonne lecture efficace.
5.0
2019-02-12T19:42:26+00:00
Nouvel opus de la guerre des clans en mode asiatique entre le Bossu, patron du réseau de distribution de drogue et son associé, Oncle Tau dit Le Vieux plutôt pourvoyeur de toutes les substances illicites du quartier Barbès, ce dernier voulant s'affranchir du premier. Au centre une chinoise d'une grande beauté ; Bai Yun, dîte Lo, ancienne danseuse de Shangaï, tombée sous la protection du Vieux qui en a fait une danseuse dans un peep show "La Porte de Jade" en détenant son jeune fils. Ajoutez à cela une très grosse livraison de drogue dont chacun essaye de s'en saisir. Le tableau ne serait pas complet sans le flic amoureux au grand coeur mais sans état d'âme quand il s'agit de démanteler un réseau entier,; Boris Samarcande et son ami et collègue Salvador Montoya. Tous les éléments sont donc réunis dans ce polar pour en faire une efficace course contre le temps, entre retournement d'alliance, réglement de comptes, violence et chantage. Un bon polar noir rythmé par des chapîtres courts, efficaces, des rebondissements et pour une fois, peut-être pas la fin la plus attendue. Les personnages sont bien ficelés, facilement identifiables, les travers comme les qualités, le rythme dense et plaisant. Une bonne lecture efficace.

Gangs of Barbes

Depuis Eugène Sue et, plus proche de nous, Léo Malet, les mystères des quartiers parisiens ont largement inspiré les auteurs de romans policiers. Patrice Montagu-Williams, qui a bien connu Barbès, renoue pour notre plus grand plaisir avec ce genre populaire dans le sens le plus noble du terme.

En suivant l'enquête de l'attachant commissaire Samarcande sur une guerre de gangs africains et chinois, on se promène avec bonheur dans un Montmartre qui n'a rien perdu de sa gouaille et de sa poésie. La rue Myrrha y apparaît ainsi comme un monde à part, où la vie humaine a peu de prix. Qu'il s'agisse du Bossu, de l'oncle Tau, chef d'une redoutable triade, ou de Lo, mi-danseuse mi-péripatéticienne de haut vol, les personnages nous emmènent dans une suite de bas-fonds insoupçonnés...

Le livre achevé, le lecteur n'a qu'un souhait : lire très vite une prochaine aventure du commissaire Samarcande.

Yann Plougastel (LE MONDE)

5.0
2019-02-07T09:59:59+00:00

Yann Plougastel (LE MONDE)

Depuis Eugène Sue et, plus proche de nous, Léo Malet, les mystères des quartiers parisiens ont largement inspiré les auteurs de romans policiers. Patrice Montagu-Williams, qui a bien connu Barbès, renoue pour notre plus grand plaisir avec ce genre populaire dans le sens le plus noble du terme. En suivant l'enquête de l'attachant commissaire Samarcande sur une guerre de gangs africains et chinois, on se promène avec bonheur dans un Montmartre qui n'a rien perdu de sa gouaille et de sa poésie. La rue Myrrha y apparaît ainsi comme un monde à part, où la vie humaine a peu de prix. Qu'il s'agisse du Bossu, de l'oncle Tau, chef d'une redoutable triade, ou de Lo, mi-danseuse mi-péripatéticienne de haut vol, les personnages nous emmènent dans une suite de bas-fonds insoupçonnés... Le livre achevé, le lecteur n'a qu'un souhait : lire très vite une prochaine aventure du commissaire Samarcande.

Ecriture limpide, dépouillée, envoûtante

Quand Samy le Bossu monte aux rideaux, Paris tremble de Barbès à Pigalle. D’autant qu’il a quelques raisons de piquer une grosse colère, ce mafieux rangé des voitures qui a gardé de solides soutiens dans les bas-fonds : un chien trimbale dans sa gueule le crâne de sa fille morte plusieurs années auparavant et enterrée au cimetière de Montmartre. Une véritable déclaration de guerre du Vieux, alias Luang Tau, son ancien associé chinois, qui désire reprendre à son compte le commerce de la came du côté de la station de métro Château-Rouge. Mais, quand le Bossu perd son calme, c’est que l’horizon est en train de se plomber. Cette guerre des gangs n’a vraiment pas l’heur de plaire au très blasé commissaire Boris Samarcande, rapidement conquis par la belle Lô, ballerine de formation et pute de profession. Une plongée en apnée dans le monde interlope des «cousins» (indics), des bars glauques, des lieux sordides et des plus bas instincts.

L’écriture est limpide, dépouillée, envoûtante pour décrire le terrible quotidien d’une faune cosmopolite, métissée et violente. 

Gérard Thomas (Libération)

5.0
2019-02-07T15:14:55+00:00

Gérard Thomas (Libération)

Quand Samy le Bossu monte aux rideaux, Paris tremble de Barbès à Pigalle. D’autant qu’il a quelques raisons de piquer une grosse colère, ce mafieux rangé des voitures qui a gardé de solides soutiens dans les bas-fonds : un chien trimbale dans sa gueule le crâne de sa fille morte plusieurs années auparavant et enterrée au cimetière de Montmartre. Une véritable déclaration de guerre du Vieux, alias Luang Tau, son ancien associé chinois, qui désire reprendre à son compte le commerce de la came du côté de la station de métro Château-Rouge. Mais, quand le Bossu perd son calme, c’est que l’horizon est en train de se plomber. Cette guerre des gangs n’a vraiment pas l’heur de plaire au très blasé commissaire Boris Samarcande, rapidement conquis par la belle Lô, ballerine de formation et pute de profession. Une plongée en apnée dans le monde interlope des «cousins» (indics), des bars glauques, des lieux sordides et des plus bas instincts. L’écriture est limpide, dépouillée, envoûtante pour décrire le terrible quotidien d’une faune cosmopolite, métissée et violente. 

Un roman écrit sans fioritures qui nous plonge dans un univers macabre

Une histoire terriblement sombre. Au Quartier Barbès, à Paris, des Africains découvrent ce que leur chien ramène dans sa gueule. le crâne d'un enfant. Ils le remettent au Bossu qui comprend immédiatement le sens de cet avertissement. Une guerre des clans commence qui l'opposera aux chinois, menés par Lung Tau. Une guerre où chacun commet des atrocités pour répondre à celles de l'adversaire. Une guerre qui ruine un ancien pacte pour de l'argent.
Le commissaire Samarcande tente en vain depuis longtemps de mettre un terme à ses rivalités. Et cette fois, les choses pourraient changer, avec l'entrée en scène de Lo. Lo est une sublime danseuse chinoise que l'on exploite et qui sera prête à tout pour retrouver son fils enlevé.

C'est une histoire très sombre, un roman écrit sans fioritures qui nous plonge dans un univers macabre où l'on ne rechigne pas aux "joies" de la sexualité avec des mineurs, où la prostitution est une norme et la mort un passant parmi d'autres. Une histoire dure et intense qui nous imprègne dans l'atmosphère, les modes de vie et la manière de penser des mafieux, sans retenue.
5.0
2019-02-07T09:48:19+00:00
Une histoire terriblement sombre. Au Quartier Barbès, à Paris, des Africains découvrent ce que leur chien ramène dans sa gueule. le crâne d'un enfant. Ils le remettent au Bossu qui comprend immédiatement le sens de cet avertissement. Une guerre des clans commence qui l'opposera aux chinois, menés par Lung Tau. Une guerre où chacun commet des atrocités pour répondre à celles de l'adversaire. Une guerre qui ruine un ancien pacte pour de l'argent. Le commissaire Samarcande tente en vain depuis longtemps de mettre un terme à ses rivalités. Et cette fois, les choses pourraient changer, avec l'entrée en scène de Lo. Lo est une sublime danseuse chinoise que l'on exploite et qui sera prête à tout pour retrouver son fils enlevé. C'est une histoire très sombre, un roman écrit sans fioritures qui nous plonge dans un univers macabre où l'on ne rechigne pas aux "joies" de la sexualité avec des mineurs, où la prostitution est une norme et la mort un passant parmi d'autres. Une histoire dure et intense qui nous imprègne dans l'atmosphère, les modes de vie et la manière de penser des mafieux, sans retenue.

Les personnages sont bien ficelés, facilement identifiables, les travers comme les qualités, le rythme dense et plaisant.

Nouvel opus de la guerre des clans en mode asiatique entre le Bossu, patron du réseau de distribution de drogue et son associé, Oncle Tau dit le Vieux plutôt pourvoyeur de toutes les substances illicites du quartier Barbès, ce dernier voulant s'affranchir du premier. Au centre une chinoise d'une grande beauté ; Bai Yun, dîte Lo, ancienne danseuse de Shangaï, tombée sous la protection du Vieux qui en a fait une danseuse dans un peep show "La Porte de Jade" en détenant son jeune fils. Ajoutez à cela une très grosse livraison de drogue dont chacun essaye de s'en saisir. le tableau ne serait pas complet sans le flic amoureux au grand coeur mais sans état d'âme quand il s'agit de démanteler un réseau entier,; Boris Samarcande et son ami et collègue Salvador Montoya.

Tous les éléments sont donc réunis dans ce polar pour en faire une efficace course contre le temps, entre retournement d'alliance, réglement de comptes, violence et chantage. Un bon polar noir rythmé par des chapîtres courts, efficaces, des rebondissements et pour une fois, peut-être pas la fin la plus attendue.

Les personnages sont bien ficelés, facilement identifiables, les travers comme les qualités, le rythme dense et plaisant.

Une bonne lecture efficace. 
4.0
2019-02-07T09:43:42+00:00
Nouvel opus de la guerre des clans en mode asiatique entre le Bossu, patron du réseau de distribution de drogue et son associé, Oncle Tau dit le Vieux plutôt pourvoyeur de toutes les substances illicites du quartier Barbès, ce dernier voulant s'affranchir du premier. Au centre une chinoise d'une grande beauté ; Bai Yun, dîte Lo, ancienne danseuse de Shangaï, tombée sous la protection du Vieux qui en a fait une danseuse dans un peep show "La Porte de Jade" en détenant son jeune fils. Ajoutez à cela une très grosse livraison de drogue dont chacun essaye de s'en saisir. le tableau ne serait pas complet sans le flic amoureux au grand coeur mais sans état d'âme quand il s'agit de démanteler un réseau entier,; Boris Samarcande et son ami et collègue Salvador Montoya. Tous les éléments sont donc réunis dans ce polar pour en faire une efficace course contre le temps, entre retournement d'alliance, réglement de comptes, violence et chantage. Un bon polar noir rythmé par des chapîtres courts, efficaces, des rebondissements et pour une fois, peut-être pas la fin la plus attendue. Les personnages sont bien ficelés, facilement identifiables, les travers comme les qualités, le rythme dense et plaisant. Une bonne lecture efficace. 

Une histoire très très noire

Sur fond de guerre des gangs entre africains ayant pour chef le Bossu et chinois ayant pour chef Lung Tau, une histoire très très noire dans le Paris vu par le biais des stations de métro. Cette histoire de fond croise une autre histoire, en surface elle, celle de la belle danseuse asiatique Lo, réduite en esclavage sexuel par Lung Tau qui détient son fils prisonnier et lui fait envoyer son petit doigt découpé dans une boîte pour lui montrer sa détermination lorsqu'elle ose parler à la police.
Le tableau ne serait pas complet s'il n'y avait pas le flic rodé aux embrouilles du quartier, le commissaire Samarcande qui va bien sûr tomber amoureux de la belle danseuse.

Personnellement je n'ai pas du tout aimé ce livre à l'ambiance trop noire, avec beaucoup trop de scènes de sexe gratuites et crues, et de scènes de violences voire de tortures atroces (surtout à la fin). ce n'est pas du tout ma tasse de thé mais peut-être cela plaira-t-il aux amoureux du genre !

exlibrisveritas

2.0
2019-02-07T09:55:06+00:00

exlibrisveritas

Sur fond de guerre des gangs entre africains ayant pour chef le Bossu et chinois ayant pour chef Lung Tau, une histoire très très noire dans le Paris vu par le biais des stations de métro. Cette histoire de fond croise une autre histoire, en surface elle, celle de la belle danseuse asiatique Lo, réduite en esclavage sexuel par Lung Tau qui détient son fils prisonnier et lui fait envoyer son petit doigt découpé dans une boîte pour lui montrer sa détermination lorsqu'elle ose parler à la police. Le tableau ne serait pas complet s'il n'y avait pas le flic rodé aux embrouilles du quartier, le commissaire Samarcande qui va bien sûr tomber amoureux de la belle danseuse. Personnellement je n'ai pas du tout aimé ce livre à l'ambiance trop noire, avec beaucoup trop de scènes de sexe gratuites et crues, et de scènes de violences voire de tortures atroces (surtout à la fin). ce n'est pas du tout ma tasse de thé mais peut-être cela plaira-t-il aux amoureux du genre !

Très bon polar

J'ai aimé le style et l'intrigue . Très bon polar, l'auteur connait très bien ce quartier de Paris et ne possède pas de connaissances politiques

Anne

4.0
2019-02-07T09:56:53+00:00

Anne

J'ai aimé le style et l'intrigue . Très bon polar, l'auteur connait très bien ce quartier de Paris et ne possède pas de connaissances politiques
4.3
7

Acheter « La porte de Jade »

FNAC
AMAZON

  • Broché: 252 pages
  • Parution: 16 février 2012
  • Editeur : Balland
  • Collection : POLAR